icone titre
Notes de lectures
Le musée réinventé. Culture, patrimoine, médiation, de Paul Rasse
« Le musée réinventé. Culture, patrimoine, médiation », de Paul Rasse
(CNRS Éditions, Paris, 2017)

Comme d'autres médias, notamment le cinéma, le musée passe par des crises et connaît des mutations et des périodes de redéfinition. Il arrive même que sur base de désertion des visiteurs, sa mort ait été annoncée. Pour qui lit Paul Rasse, pas de doutes à cet égard, le musée est bien un média. Il est même « le premium » des médias...
 
Livres d'art numériques. De la conception à la réception, sous la direction de  Alexandra Saemmer et Nolwenn Tréhondart
« Livres d'art numériques. De la conception à la réception », sous la direction de Alexandra Saemmer et Nolwenn Tréhondart
(Éd. Hermann,Paris, 2017)

Équivalent d'un dossier de revue bien documenté et bien étayé, l'ouvrage s'intéresse principalement à un outil transmédiatique actuel conçu par les institutions muséales pour fidéliser leurs publics et satisfaire leurs besoins. Le livre d'art numérique tel qu'il est présenté dans cet ouvrage se concentre en effet sur le e-catalogue d'exposition, analysé sous ses différents aspects, techniques, éditoriaux, stratégiques, cognitifs, symboliques...
 
Les Collectionneurs d'Adrien Parlange et Guillaume Chauchat (Albin Michel Jeunesse, Paris, 2016) - Le CoLLeCTIOnNEur de Serge Bloch (Bayard Jeunesse Images, Paris, 2012).
« CHTCHOUKINE. Le patron de l'art moderne », de Natalia Semenova et André Delocque (La collection Chtchoukine éd., 2016)
On sait l'événement qu'a constitué l'exposition de l'éblouissante collection de Sergueï Chtchoukine proposée à Paris d'octobre 2016 à février 2017 dans le cadre de la Fondation Vuitton.
Ce fut l'occasion de la parution d'une biographie de celui qui fut le plus grand collectionneur russe, une publication issue d'une précieuse collaboration. Celle de Natalia Semenova et d'André Delocque.
 
Les Collectionneurs d'Adrien Parlange et Guillaume Chauchat (Albin Michel Jeunesse, Paris, 2016) - Le CoLLeCTIOnNEur de Serge Bloch (Bayard Jeunesse Images, Paris, 2012).
« Les Collectionneurs » d'Adrien Parlange et Guillaume Chauchat (Albin Michel Jeunesse, Paris, 2016)
« Le CoLLeCTIOnNEur » de Serge Bloch (Bayard Jeunesse Images, Paris, 2012)
Voici deux livres superbement illustrés pour jeunes qui ont le grand mérite de croquer des collectionneurs fiers de leurs collections réciproques, amoureux d'objets bien sélectionnés et bien rangés et occupés à en faire des inventaires minutieux.
 
Vies d’objets, souvenirs de guerres de Béatrice Fleury, Jacques Walter, dirs (PUN - Éditions Universitaires de Lorraine, coll. Questions de communication, Série actes, Nancy, 2015)
« Vies d'objets, souvenirs de guerres » de Béatrice Fleury, Jacques Walter, dirs (PUN - Éditions Universitaires de Lorraine, coll. Questions de communication, Série actes, Nancy, 2015)
Depuis que le concept de biographie des objets a été forgé, bon nombre de recherches anthropologiques ont été menées sous ce label et sur la base de cette « construction ». L'ouvrage introduit et dirigé par Béatrice Fleury et Jacques Walter s'inscrit nettement dans cette voie. Il fourmille d'un très grand nombre d'exemples d'objets dont les parcours sont largement commentés ; objets émanant de situations de conflits, quelquefois anciens – si les catapultes et les pierriers reconstitués peuvent être considérés comme tels – ou très contemporains. La majorité des cas évoqués par des chercheurs universitaires relèvent du XXe siècle ou même du XXIe siècle, plongeant le lecteur en pleine actualité géopolitique.
 
Quelques collectionneurs, de Pierre Le-Tan (Flammarion, 2013)
« QUELQUES COLLECTIONNEURS », de Pierre Le-Tan (Flammarion, 2013)
Sous ce titre tout de sobriété, Pierre Le-Tan trace quelque vingt portraits de collectionneurs délibérément choisis en dehors des noms auxquels on associe habituellement la visibilité et la notoriété.
 
Bernard Quiriny - Une collection très particulière
« Une Collection très particulière » de Bernard Quiriny (Éditions du Seuil, Paris, 2012)
Le titre peut induire en erreur.
Plutôt qu'un ouvrage à propos d'une collection, le livre est constitué d'une série d'histoires imaginaires dont seulement quelques-unes traitent de collections.
Mais avec quel panache, avec quelle dose d'humour ! Les fervents d'Umberto Eco prendront un plaisir fou à y retrouver la verve de Comment voyager avec un saumon (Grasset, 1998). Quelle soif de déduction ! Quelle volonté de classer, de trier, d'ordonner, de permettre des rapprochements audacieux constituant des centaines de découvertes hautement jubilatoires !
 
Quand Céard collectionnait Zola d'Agnès Sandras (Classiques Garnier, Paris, 2012)
« Quand Céard collectionnait Zola » d'Agnès Sandras (Classiques Garnier, Paris, 2012)
Henry Céard, « disciple » du groupe de Médan, a inlassablement récolté les caricatures de Zola. La lecture de ses chroniques et de son roman, Terrains à vendre au bord de la mer, éclaire cette collection qui n'en finit pas de raconter sa relation torturée à Zola et les coulisses de l'écriture zolienne.
Céard a su constituer de surcroît une collection remarquable pour qui veut comprendre les thématiques du charivari orchestré autour de Zola.
 
Collectionneurs Entretiens d'Anne Martin-Fugier (Actes Sud, Arles, 2012)
« Collectionneurs. Entretiens » d'Anne Martin-Fugier (Actes Sud, Arles, 2012)
Les domaines du collectionnisme sont innombrables, l'observation de ce phénomène montrant qu'à la limite tout objet est susceptible d'alimenter ce type de passion. Pourtant...
 
L'Innocence des objets, d'Orhan Pamuk (Gallimard, Paris, 2012)
« L'Innocence des objets », d'Orhan Pamuk (Gallimard, Paris, 2012)
Le livre passionnera les lecteurs du roman intitulé Le Musée de l'innocence (Gallimard, Paris, 2011), dont il constitue le correspondant visuel très fidèle.
(...) Pour peu, nous serions prêts à suivre les encouragements de Pamuk à créer nos propres musées sur nos sentiments et nos émotions...
 
Aimer Lire : une passion à partager, d'Emmanuel Pierrat
« Aimer Lire : une passion à partager », d'Emmanuel Pierrat (Editions Du Mesnil, Paris, 2012)
Réjouissant. L'opuscule de 140 pages aérées se lit d'une traite, ou goulûment chapitre par chapitre. Chacun de ceux-ci constitue en fait un régal.
Site bas